France and Rwanda

Yet another investigation into France’s role in the Rwandan genocide.

Marco Werman gets Philip Gourevitch’s take on the report released today by the Rwandan government.

Advertisements

One response to “France and Rwanda

  1. La France au Rwanda, une aventure qui a mal tourné * ?

    Après des survivants du génocide des Tutsi, des officiels rwandais, des étrangers qui vivaient au Rwanda, des ONG françaises et étrangères, des chercheurs français et étrangers, des journalistes français et étrangers, des militaires belges, des militaires de la Minuar, etc. la commission Mucyo vient de rendre un rapport accusant également la France d’avoir une part de responsabilité dans le génocide des Tutsi. Cette commission, c’est la nouveauté, utilise largement le témoignage de repentis tueurs interahamwe ou d’anciens militaires rwandais des ex-FAR, génocidaires ou pas.

    “Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a dénoncé jeudi le procès “absolument insupportable” fait aux militaires français, accusés par un rapport rwandais de participation directe au génocide de 1994. “En tant que ministre de la Défense, je n’accepterai pas qu’on dise n’importe quoi sur les militaires français”. “J’ai encore en mémoire ce qu’ont pu faire les militaires pour sauver des vies humaines par centaines et par milliers dans des conditions abominables (…) J’ai le souvenir de ce qu’ont fait les Français pour protéger et éviter le drame d’être encore plus lourd”, a-t-il ajouté.”(JDD, 7 août 2008).

    C’est la réaction habituelle. Tout bon professeur de communication l’enseigne. Dans le cas du Rwanda, les exemples de ce type sont nombreux.

    En octobre 1990, les militaires français ont été envoyés officiellement au Rwanda pour protéger ses ressortissants. “Cette troupe n’a pas d’autre mission que celle-là, et cette mission remplie, bien entendu, elle rentrera en France “ disait François Mitterrand, le 15 octobre 1990 (cité par David Ambrosetti, La France au Rwanda, un discours de légitimation morale, p.80).

    Les 600 ressortissants français qui vivaient au Rwanda au début des années 1990 ont eu pendant trois ans, la meilleure protection du monde, la plus chère aussi. Un peu moins de 1000 soldats français d’élite veillaient sur eux. Aujourd’hui cette affirmation ridicule, semble irréelle, pourtant c’était exactement le discours officiel des dirigeants français de l’époque.

    “Lors d’un colloque organisé par le CERI (Centre d’Études et de Recherche Internationale), le général Quesnot chef de l’état-major particulier de François Mitterrand a nié qu’il y ait eu des contrôles d’identité par des militaires français au Rwanda” (Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS).

    Après l’attaque du FPR, le 8 février 1993, l’armée française prend le contrôle de Kigali. Du 22 février au 28 mars 1993, une nouvelle opération militaire voit le jour “l’opération Chimère” . Les militaires français du détachement Noroît prennent le contrôle de tous les accès vers Kigali. On peut lire dans “l’ordre d’opération no 3 du 2 mars 1993” du Colonel Dominique Delort, que “les règles de comportement sur les “check-points” prévoient la remise de tout suspect, armement ou document saisis à la disposition de la Gendarmerie rwandaise.” (Rapport de la Mission d’information sur le Rwanda, p.166). Le rapport Mucyo, revient sur ces contrôles, et rapporte plusieurs cas de disparition de rwandais remis à la disposition de la gendarmerie rwandaise par des militaires français, ils ont vraisemblablement été exécutés par les gendarmes rwandais. Ces accusations sont très graves. Elles sont très graves, mais vérifiables. La France est un pays démocratique qui respecte les conventions de Genève. L’armée française a bien entendu, conservé les identités des Rwandais que ses militaires ont livrés à la gendarmerie rwandaise, ceci afin de vérifier que les conventions de Genève ou la convention de New York contre la torture étaient bien respectées. Il faudrait donc qu’une commission enquête auprès de l’armée française pour savoir ce que sont devenus ces “suspects”.

    “La présence militaire française n’est intervenue en rien, à travers les missions qui étaient les siennes, dans la formation des miliciens. […] Le Colonel Jean-Jacques Maurin a confirmé de façon la plus catégorique que jamais au cours des réunions d’état-major auxquelles il avait assisté il n’avait fait allusion devant lui à un équipement de milices. Il s’est même trouvé un officier français pour indiquer : qu’on connaissait l’existence de milices interahamwe mais qu’on ne savait pas précisément ce qu’elles faisaient. Il a relevé le “caractère familial” des milices qui n’étaient pas exclusivement composées de voyous ou de délinquants.” (Rapport de la mission d’information sur le Rwanda, p.352-353)

    Encore une fois, les militaires français nient l’évidence, n’hésitant pas à désavouer leur collègue, le sous-officier du GIGN Thierry Prungneault (lire son témoignage dans mon message du 5 août ). Dans son livre, “Aucun témoin ne doit survivre ” (p.143), l’ONG Human Right Watch nous dit que des diplomates étrangers basés à Kigali ont été témoins de ces entraînements, dans le parc de l’Akagera, près de Gabiro. Le rapport Mucyo donne aujourd’hui des noms, des dates, des lieux. Il suffirait de vérifier.

    Lors du dépôt des premières plaintes de survivants du génocide contre des militaires français, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la défense, déclara le 9 décembre 2005 “qu’il est inadmissible que les militaires français puissent être accusés de cette façon et de choses qui la plupart du temps sont farfelues.”

    Les soldats français étaient près d’un millier, entre 1990 et 1993, essentiellement dans et autour du gros village qu’était Kigali, puis 2500 lors de l’opération Turquoise. Ils étaient considérés par leurs collègues militaires rwandais comme des sauveurs auxquels on ne pouvait rien refuser, ces mêmes militaires qui opprimaient devant eux les Tutsi, et en particulier les femmes Tutsi. Les forces françaises seraient donc les seules forces étrangères au monde à n’avoir pas commis de viols en période de guerre ?

    Le pseudo journaliste* Pierre Péan, dans le but avoué de faire taire les nombreuses accusations contre les soldats français, a été obligé de révéler un cas de viol avec actes de barbarie commis au Rwanda fin 1992 ou début 1993. Il évoque le cas d’une jeune rwandaise qui a eu le malheur de croiser la route d’un camion de l’armée française à Kigali. “Deux [militaires français] l’ont violée puis lui ont “travaillé” le sexe à la baïonnette sans que les autres militaires interviennent. Puis l’ont laissée, nue, sur le bord de la route. La jeune fille a été emmenée à l’hôpital de Kigali”. (Noires fureurs, blancs menteurs, page 207, en Post-scriptum !) Péan pour prouver que l’ordre régnait au sein du contingent français, nous dit que les militaires français ont été immédiatement sanctionnés : leur hiérarchie les a renvoyés en France. D’après Péan, aucune poursuite pénale n’a été ordonnée contre ces violeurs, leurs collègues qui ont laissé faire ou leurs supérieurs hiérarchiques. Si cette histoire est vraie, nous serions en présence d’un cas avéré de violation de l’article 4.2)e) du Protocole additionnel II aux Conventions de Genève, lequel proscrit “les atteintes à la dignité de la personne, notamment les traitements humiliants et dégradants, le viol, la contrainte à la prostitution et tout attentat à la pudeur.” Anto Furundzija commandant local d’une unité spéciale de la police en Bosnie-Herzégovine, a été condamné à dix ans de prison par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie dont huit pour ce seul motif. Tous les militaires français ne sont pas des violeurs, loin de là, raison de plus pour punir conformément au droit, les criminels qui salissent en son sein l’honneur de l’armée française.

    L’armée française n’est pas entièrement responsable de ses actions au Rwanda. Elle a reçu des ordres des responsables politiques de l’époque et elle les a accomplis. Officieusement, ces ordres étaient clairs – empêcher le FPR de prendre le pouvoir – même si cela devait passer par le soutien actif à un régime politico-militaire qui a organisé un génocide contre les Tutsi du Rwanda. Le soutien inconditionnel de la France au régime Habyarimana a-t-il stoppé net le 7 avril 1994 ? Ou bien a-t-il été également suivi d’un soutien au gouvernement intérimaire de Jean Kambanda*** pendant le génocide ? Un gouvernement composé dans les locaux de l’ambassade de France au Rwanda, en présence de l’ambassadeur Jean-Michel Marlaud, le 8 avril 1994.

    Alors procès “absolument insupportable” ?

    Je ne peux pas mieux dire que Rémy Ourdan (grand reporter au Monde, auteur d’une excellente série d’articles en 1998, sur le génocide des Tutsi, intitulée au “pays des âmes mortes”):

    “Paris ne peut pas rejeter ces récits sans enquêter en profondeur et sans répondre point par point à chacune des centaines d’accusations. L’enjeu est d’établir avec exactitude les responsabilités dans le dernier génocide du XXe siècle. La France, qui tient et qui a contribué à ce que la lumière se fasse sur le génocide des juifs d’Europe durant la seconde guerre mondiale, ne peut pas refuser de se confronter aux effroyables récits rwandais, au motif que ses dirigeants étaient, disent-ils, animés de louables intentions, et qu’une aventure africaine a mal tourné. “ (Le Monde, 6 août 2008)

    * Rémy Ourdan (Le Monde, 6 août 2008)

    **Pierre Péan avoue lui-même qu’il n’est jamais allé au Rwanda. Aucun journaliste digne de ce nom n’aurait osé écrire un livre sur un pays et sur un génocide, sans s’être rendu une seule fois au moins dans ce pays, et sans n’avoir jamais rencontré une seule victime de ce génocide.

    ***Jean Kambanda qui a plaidé coupable de génocide a été condamné à la prison à vie par le TPIR.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s